Dim. Mai 9th, 2021

Dix candidats pour succéder à May, un point commun : mieux vaut le Brexit que Corbyn

Selon Jeremy Hunt, l’un des trois favoris au poste de premier ministre, le travailliste Jeremy Corbyn est « le leader le plus à gauche et le plus dangereux ».

Signe de ces temps de repli britannique : sur les dix candidats qui ont été autorisés, lundi 10 juin, à concourir pour remplacer Theresa May à la tête du Parti conservateur – et donc comme premier ministre –, huit sont d’ardents partisans du Brexit. Les deux autres sont des proeuropéens modérés mais n’ont pas la moindre chance d’être choisis ; le seul prétendant qui prônait un deuxième référendum sur le Brexit n’a pas obtenu les huit parrainages de députés requis pour participer à la course.

Lancée de fait par la démission, vendredi 7 mai, de Mme May de la direction des tories, la compétition ressemble déjà à un jeu de massacre où l’enjeu du jour, la place du Royaume-Uni dans l’Europe, n’est guère débattu. La bataille qui doit aboutir à l’intronisation d’un nouveau premier ministre à la fin de juillet se livre principalement entre trois candidats : l’ancien ministre des affaires étrangères Boris Johnson, son successeur, Jeremy Hunt, et le ministre de l’environnement, Michael Gove.

Michael Gove piégé sur son passé

Michael Gove, considéré comme l’adversaire principal du favori Boris Johnson, a trébuché, le week-end du 8 et du 9 juin, sur un grand classique des campagnes électorales anglo-saxonnes : son expérience de la drogue. Une confidence d’une ancienne collaboratrice rapportée dans un article du Daily Mail l’a contraint à reconnaître qu’il avait pris de la cocaïne « à plusieurs reprises »lorsqu’il était journaliste, voici une vingtaine d’années.

Ses excuses – « Je le regrette profondément. Les drogues abîment des vies » – n’ont pas suffi. Le Mail a ressorti un article de lui datant de la même époque, où il dénonçait la complaisance à l’égard de la drogue dans les milieux branchés de Londres. Ministre de l’éducation puis de la justice, il a prôné la plus grande fermeté. Traité d’« hypocrite », M. Gove, chef de file, avec Boris Johnson, de la campagne pro-Brexit au référendum de 2016, a désormais bien du mal à faire entendre ses piques contre son ancien partenaire qu’il est le seul à appeler « Monsieur Johnson », ainsi que sa propre position modérée, acceptant un report du Brexit à la fin de 2020.

le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *