Ven. Jan 28th, 2022

Tourisme : À un mois de l’été, la Tunisie croise les doigts pour ce secteur clé de l’économie : Le tourisme tunisien en quête de confiance ?

Spread the love

videtouristique

 

La Tunisie a été distinguée «Meilleure destination africaine» lors du Salon international du tourisme «Shanghai world travel fair». Une distinction qui ne manquera pas d’impacter positivement le secteur touristique tunisien. C’est une distinction qui pourrait valoir son pesant d’or pour  la Tunisie qui  pourrait bénéficier des retombées importantes de cette distinction.

Le nombre de voyageurs à destination de ce pays nord-africain devrait augmenter de 30% cette année. Une bonne nouvelle pour le secteur touristique qui avait beaucoup de mal à redécoller. Selon des responsables du secteur, le taux de réservations d’hôtels pour cet été a augmenté, en particulier en provenance de Russie. A noter encore que le tourisme contribue à hauteur de 8% au produit intérieur brut de la Tunisie. La Tunisie est à nouveau une destination prisée..

Une destination  à la une des médias français

Les télévisions françaises mettent le paquet pour la Tunisie .  Les journaux télévisés des principales chaînes françaises ont déjà  commencé à diffuser des reportages sur le tourisme tunisien. Après deux années catastrophiques liées aux attentats, ce secteur vital pour l’économie redémarre doucement.

La « Une de l’éco » sur la matinale de  Radios Europe 1 a fait l’éloge du retour au beau fixe du tourisme en Tunisie. Intitulée « Tourisme: La Tunisie reprend des couleurs », la chronique d’Emmanuel Duteil fait la part belle à la Tunisie …

Citant  Le Figaro qui y consacre un article, Emmanuel Duteil affirme qu’il y a un vrai frémissement sur la destination Tunisie, indiquant que  le nombre de visiteurs a progressé de 32% par rapport à l’an dernier.

Ce frémissement est néanmoins rassurant, continue-t-il, indiquant que « pour  la première fois depuis les attentats de 2015, un bateau de croisière plein d’Américains a fait escale en janvier à Tunis ».

Autre point positif, selon le syndicat des entreprises du tour-operating, « la demande des français pour cet été en Tunisie est en très très forte hausse, de plus de 63% selon eux ».

« Tous les spécialistes du tourisme l’affirment, l’année 2017 sera une véritable année charnière pour la Tunisie » conclut-il.

Pour « France 2 » l’aspect sécuritaire et les prix cassés  sont des atouts de la destination Tunisie..  Le  « 20h de France 2 » promouvait la destination Tunisie dans un reportage qui axait  sur le dispositif sécuritaire dans et aux abords des hôtels.

L’autre point fort de la destination Tunisie selon le reportage de France 2, c’est les prix cassés qui sont pratiqués. Ainsi, une famille de 3 personnes a payé 950 euros en pension complète, et billets d’avion compris: « C’est imbattable. C’est rien » affirme une Française résidente de l’hôtel.

Donnant la parole à des Français actuellement en vacances à Hammamet ou Djerba, ces reportages mettent en valeur les prix et la situation globale du pays.

De quoi booster la destination Tunisie et convaincre les réticents. Un coup de pouce qui est le bienvenu et donne la mesure des efforts actuels en ce sens des organismes de promotion touristique et aussi de l’ambassade de France en Tunisie.

Enfin, ce soutien médiatique est aussi un des résultats des récentes visites de hauts responsables français.

Les préparatifs : de bons signes  ?

La saison touristique de cette année 2017 revêt une importance particulière.

Selon les dernières statistiques publiées par le ministère du Tourisme, près de 4,8 millions de touristes ont visité la Tunisie jusqu’au terme du mois d’octobre 2016, soit une hausse de 3,4% par rapport à la même période  de 2015 et une baisse de 24,1% par rapport aux 10 premiers mois 2014. Les recettes touristiques sont toutefois en régression de 7,1% .

La part du tourisme intérieur a accaparé 30% du marché,  5,8 millions de touristes ayant visité les hôtels tunisiens en 2016. Il va sans dire que ce chiffre avancé cache une chute remarquable des entrées européennes, surtout que sur les 5,8 millions de touristes, 2,5 millions sont de nationalités algérienne (1,5 million) et libyenne (1 million).

Le gouvernement se voit toutefois optimiste et table sur l’amélioration des indicateurs du secteur pour 2017. L’objectif de 7 millions de touristes est jouable selon la ministre du Tourisme. Selon le dernier rapport de la Banque Centrale de Tunisie, « le renforcement graduel de l’activité touristique devrait contribuer à un rétablissement progressif des activités des services d’hôtellerie et des activités connexes ».

Les préparatifs pour la saison 2017 ont déjà commencé et les marchés prioritaires sont dès lors la Russie et l’Algérie. D’autres marchés émetteurs sont dans la cible des professionnels dont le marché chinois, les pays du Golfe et les pays africains.

Plusieurs salons promotionnels sont prévus en  2017. La  23ème session du salon du tourisme M.I.T « Marché International du Tourisme »  a eu  lieu  récemment, au Parc des Expositions de Tunis Le Kram.

5 salons en 1 se sont tenus à l’occasion dont « Horeca Expo » (équipements et services pour l’hôtellerie et la restauration), « Spa Expo » (thermalisme, thalasso et spa), « Boat Show » (plaisance et activités nautiques) et « Golf Show ».

Par ailleurs, la ministre du Tourisme a déclaré que la Tunisie organisera le forum touristique des investissements les 19 et 20 octobre 2017.Elle a également annoncé la réouverture du bureau de l’Office national du tourisme tunisien aux Emirats arabes unis. Elle  a indiqué que des représentants des agences de voyage des pays du Golfe vont  bientôt visiter la Tunisie afin d’organiser les vols vers le pays. Elle a ajouté que les touristes de cette région sont « distingués ».

La saison 2017 : le rôle  primordial des ambassades à l’étranger

Nos ambassades et nos consulats doivent agir durant cette période  en organisant des événements qui peuvent drainer encore plus de touristes, prolonger la saison touristique et confirmer ainsi la reprise du secteur, l’un des principaux moteurs de notre économie.

De tels  événements doivent promouvoir notre culture, mais aussi notre destination d’une manière originale et doivent se multiplier partout dans nos marchés traditionnels qu’il faut redynamiser tels que l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche, le Royaume-Uni, la Pologne, mais aussi la Russie, pays qui a sauvé la précédente saison touristique. Sans oublier d’autres destinations comme le Canada, la Corée du Sud, la Chine et autres marchés auxquels nous devons davantage nous intéresser.

Nos représentations diplomatiques et celles de l’Office du tourisme doivent prêter main forte durant ce printemps. On peut évoquer comme exemple que notre ambassadeur en France, s’est déplacé  récemment à Toulouse pour inaugurer et assister à l’ouverture des journées économiques, et culturelles tunisiennes organisées au cœur de la ville rose.

A l’échelle intérieure, toutes les parties concernées sont appelées à tout mettre en œuvre pour garantir cette réussite.  Ce décollage était prévu pour l’été 2015, malheureusement l’attentat du musée du Bardo et celui de l’Impérial Marhaba  à Sousse ont hypothéqué cette reprise tant attendue et les répercussions furent très lourdes sur le plan économique mais aussi sur l’image de la Tunisie.

En 2016, les tours opérateurs et partenaires traditionnels en Europe de l’Ouest ont continué à bouder la destination tunisienne.

Cette année, les restrictions ont bien diminué et les tours opérateurs sont de retour. C’est un double défi qui s’annonce et ce sera une aubaine pour la Tunisie de faire réussir la saison qui va bientôt commencer mais également une chance pour redorer l’image de la destination. La balle est dans notre camp et c’est à nous de jouer.

La vigilance sécuritaire doit se renforcer et la sécurité doit être à son maximum.

Il ne faut surtout pas oublier que si les croisiéristes sont de retour depuis quelques mois, que si certains pays ont levé les restrictions de voyage en Tunisie, que si les tours opérateurs sont de retour, c’est grâce aux efforts énormes consentis par les forces de l’ordre, malgré les moyens humains et matériels mis à leur disposition et qui restent relativement modestes.

Nous n’avons pas droit à la moindre faille. Les négligences, la nonchalance, le je-m’en-foutisme et le laisser-aller doivent être bannis.

Outre la sécurité, la salubrité publique est primordiale. Les villes demeurent encore sales, alors que quelques semaines nous séparent du début de la saison : il faut faire vite et réagir sans plus tarder.

Repenser  le positionnement touristique

Le tourisme tunisien reste victime d’une approche  classique. Cette approche a besoin d’une  vue nouvelle, un concept nouveau.. qui dépasse le tourisme de pacotille, le folklore à quatre sous…il est moment  pour changer de logiciel.

On n’avance pas avec une imagination figée depuis trois générations, et une conception vieille d’un demi-siècle.

La question qui se pose est : Comment adapter et moderniser l’offre touristique?…Pour les professionnels du tourisme tunisien, ce n’est pas suffisant. Il leur faut désormais composer avec l’appréhension des voyageurs, le low cost, le numérique et surtout avec une nouvelle forme de tourisme nécessaire pour renouveler et moderniser l’offre de leur pays.

Plein de facteurs qui les ont poussés à organiser  la conférence sur le Tourisme et les technologies du voyage, pour permettre à la Tunisie « d’adapter son offre touristique, se conformer aux attentes des clients, et élaborer une stratégie pour stimuler la demande.

Comment conjuguer le tourisme et le digital ?

Il est nécessaire  de mettre en place un plan stratégique concernant l’introduction du digital dans le tourisme tunisien, et ce, afin de le faire évoluer. D’ailleurs,  la première édition de la conférence sur le tourisme et les technologies du voyage s’est tenue récemment. L’objectif de cette journée de networking consiste à analyser les tendances technologiques à travers des démonstrations servant à redonner plus d’aplomb au tourisme qui peine à sortir la tête de l’eau.

L’avenir du secteur au sens large  du terme repose sur les nouvelles technologies, sur les réseaux sociaux, sur les applications, mais aussi sur ce que l’avenir nous réserve comme innovations futures.

Nous espérons que par le biais du digital, le tourisme contribuera à donner une meilleure santé à notre économie. D’ailleurs, il est fondamental aujourd’hui que les professionnels du tourisme s’alignent sur le digital, quelle que soit la nature de leurs activités. Tout le monde est concerné, les hôtels, les agences de voyages, les restaurants touristiques, les maisons d’hôtes, les ports de plaisance…etc. Tout ce qui contribue de près ou de loin à la consolidation de l’image de la destination Tunisie et à sa bonne commercialisation via les outils modernes

Le e-tourisme ou le tourisme digital est la nouvelle tendance pour les professionnels du secteur leur permettant d’atteindre des résultats positifs tant en termes de chiffres d’affaires qu’en termes de gestion. Un apport qui se matérialise au fur et à mesure, rien qu’en voyant les réservations en ligne. C’est dire à quel point ces technologies permettent de mieux promouvoir le produit et l’offre touristique tunisienne, de diversifier les marchés cibles. On est appelé aujourd’hui à mieux exploiter cette ère du digital pour relancer notre tourisme tunisien

Une propre valeur ajoutée

Le digital a sa propre valeur ajoutée pour le tourisme tunisien et permet de véhiculer une bonne image de marque pour le pays.  Chaque municipalité doit avoir un « Community Manager »  capable de véhiculer son image sur les réseaux sociaux.  Dans la même perspective, il faudra procéder à une meilleure exploitation des  feedback des touristes et de leurs vidéos partagées dans les endroits où ils séjournent en vacances.

Pourquoi ne pas en faire un système de motivation des personnes qui postent les meilleures vidéos des vacances ?…

Une personne en voyage poste plus de vidéos qu’un internaute ordinaire,  6 millions de Tunisiens sont inscrits sur Facebook.  L’expérience client et le e-réputation sont les axes  sur lesquels le domaine touristique doit travailler.

Le  tourisme peut profiter des avantages offerts par le digital et de préciser que la transformation digitale est une chose et la numérisation en est une autre.

La digitalisation a sa valeur ajoutée pour le secteur touristique et ainsi les réseaux sociaux.

La situation actuelle nécessite de nouvelles approches à un moment où on parle de l’hôtel de demain, de la chambre connectée et de la réservation en ligne. Aujourd’hui, la gestion de l’hôtel a bel et bien changé  au point qu’il y a  même des robots qui assurent le service  dans d’autres pays comme les États-Unis et à Singapour. Nous devons travailler le digital, ce n’est plus un choix, c’est une obligation de maîtriser l’outil digital aujourd’hui.

Toutes ces pistes de réflexions visent un objectif : 10 millions de touristes en 2020 et le doublement des recettes globales.

Les  grandes ambitions existent..Il est moment  de  mettre en place des initiatives autour du tourisme durable  par le biais de l’innovation et la diversification de l’offre,  qui sont des atouts pour le redressement du tourisme.

Le Nord-ouest  doit se prononcer sur son tourisme

Pour le tourisme balnéaire,  la Tunisie ne peut plus jouer sur les prix…Cela ne veut pas dire qu’il faut totalement répudier la restauration touristique actuelle, mais l’actualiser, ainsi que l’hébergement obsolète et cacophonique avec ses normes hors normes.

Le vrai tourisme doit être à multi-visages, et aux activités diversifiées, il est là aussi pour encourager et créer de nouvelles vocations.

Les demeures et châteaux abandonnés sur les terres domaniales dans la zone nord -ouest  seraient une possibilité  d’hébergement différente et de grande qualité, et ce, après les avoir soustraits et restaurés avec un glacis environnemental, du reste des exploitations agricoles. Ils sont malheureusement ignorés ainsi d’ailleurs que notre patrimoine architectural en ruines  à quelques exceptions près.

La mise en valeur des ouvrages d’art husseinites (ponts et ouvrages hydrauliques) et autres arcs de triomphe en bord de nos routes (Krib) seraient des pubs exceptionnelles.

Des plaques commémoratives à caractère historique  seraient  également les bienvenues.

La table de Jugurtha, site naturel politico historique, devrait animer un cours d’histoire régionale d’une académie d’été. Que dire, si ce n’est ce qu’on appelle le tourisme culturel. Nos paysages de grande beauté sont souvent  ravagés et défigurés par des hôtels 5  étoiles. Une autre question : où en est-on de la formation de vrais guides conférenciers?

Pourtant, la richesse et la variété des sujets s’y prêtent.

Des spéléologues pour faire visiter les grottes du Serj, où sont-ils?..Ce serait d’un grand profit pour la région..

Par ailleurs, il s’agit de  rappeler  que : Selon l’édition 2017 de l’indice mondial de la compétitivité touristique publié le 6 avril par le Forum économique Mondial (WEF), la Tunisie est le 4e pays africain disposant des meilleures infrastructures touristiques. Ainsi, la Tunisie figure en 4ème position après l’Ile Maurice, le Cap Vert et l’Afrique du Sud.

A l’échelle mondiale, la Tunisie occupe le 69e rang, l’Ile Maurice (36e rang mondial), le Cap Vert (52e au plan mondial) alors que l’Afrique du Sud figure au 59e rang.

Animer et optimiser  la zone  nord- ouest,  ne pourra que confirmer et consolider les indices de la Tunisie en matière de compétitivité touristique.  Sans oublier, enfin,  la contribution colossale du tourisme médical..un secteur porteur et prometteur, riche de  larges  potentialités.

Y.Kh

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d bloggers like this: