Mer. Mai 18th, 2022

Lecture de la note BCT sur les évolutions économiques et monétaires et les perspectives à moyen terme Par Mohamed Fessi

Spread the love

 

Dans un statut publié sur sa page Facebook .Mohamed Fessi  est revenu su la dernière publication de la BCT En résumé de la note BCT sur les évolutions économiques et monétaires et les perspectives à moyen terme, publiée il y a quelques jours.

  1. EVOLUTION DE L’ACTIVITE AU TRIMESTRE 3 (T3)- 2021 :

L’activité économique s’est affermie au 3ème trimestre, comparativement au trimestre précédent. Le taux de croissance du PIB, exprimé aux prix constants de l’année 2015, s’est établi à +0,9% en variation trimestrielle (V.T) et a stagné en termes de glissement annuel (G.A) contre respectivement -2,0% et +15,4% au T2-2020

  1. EVOLUTION DE L’INFLATION

La trajectoire désinflationniste, observée depuis le début de l’année 2019, s’est interrompue en 2021 avec une inflation qui est passée de 4,9% en G.A en janvier 2021 à 6,6% en décembre 2021, pour s’établir en moyenne +5,7% sur l’ensemble de l’année, après +5,6 % durant l’année 2020.

  1. FINANCES PUBLIQUES

Le déficit budgétaire est attendu à 10.417 MDT (ou 8,3% du PIB) à fin 2021, contre 11.228 MDT (ou 9,6% du PIB) l’année précédente. Les ressources budgétaires propres qui devraient totaliser 34,4 milliards de dinars à fin 2021 ne permettent de couvrir que 62% des dépenses totales de l’Etat.

Les dépenses de l’Etat (hors service de la dette), atteindraient 40.459 MDT à fin 2021, contre 37.158 MDT en 2020. La progression des dépenses publiques, de 3.300 MDT sur un an, est expliquée essentiellement par la hausse de la masse salariale (de +1.142 MDT) et des charges de subvention des carburants (de +1.857 MDT).

4.DETTE PUBLIQUE

Les paiements au titre du service de la dette publique sont en hausse sensible pour dépasser 14.911 MDT (ou 11,9% du PIB) à fin 2021, après 11.130 MDT (ou 9,4% du PIB) un an auparavant. L’encours de la dette publique a plus que quadruplé depuis 2010, pour dépasser 107.844 MDT de dinars en 2021 (85,6% du PIB contre 38,8% en 2010)

5.PAIEMENTS EXTERIEURS

Les recettes d’exportation ont augmenté de 15,5% (en G.A.). Les importations ont progressé de 22,4% (en Glissement annuel). Sur l’ensemble des onze premiers mois 2021, le solde de la balance commerciale s’est davantage creusé, en s’établissant à -14.654 MDT contre -11.667 MDT une année auparavant.

Le maintien du dynamisme des flux de revenu du travail (2.174 M€, à fin novembre 2021, contre 1.660 M€ une année auparavant) a atténué le creusement du déficit de la balance des opérations courantes, généré par l’aggravation du déficit commercial. Le déficit courant s’est ainsi établi à -6.584 MDT (ou -5,4% du PIB) à fin novembre 2021, contre -6.559 MDT (ou -5,9% du PIB) un an auparavant.

6.RÉSERVES EN DEVISES

Les réserves en devises se sont établies, à fin décembre 2021, à 7.998 MUSD (ou 136 jours d’importation), en baisse de -6% comparativement à leur niveau de fin 2020 (8.490 MUSD ou 162 jours d’importation).

7:TAUX DE CHANGE

Comparativement aux moyennes du mois de novembre 2021, le taux de change du Dinar s’est apprécié, en décembre 2021, de 0,3% face à l’Euro, et s’est déprécié de 1,1% vis-à-vis du Dollar américain.

8.LIQUIDITE ET TMM

Le besoin moyen des banques en liquidité s’est atténué en novembre 2021, pour se situer à 8.943 MDT après 10.187 MDT le mois précédent. Le TMM s’est stabilisé à 6,25%, en décembre 2021, pour le deuxième mois consécutif.

9.PERSPECTIVES DE L’INFLATION A MOYEN TERME

Les récentes prévisions à moyen terme ont revu à la hausse la trajectoire future des prix à la consommation. Elles tablent sur un taux d’inflation moyen de 6,8% en 2022 avant de s’atténuer à 5,6% en 2023 et ce après avoir enregistré 5,7% en 2021.

10.Mon commentaire : Rien de nouveau sous le soleil. De déficit en déficit, le pays glisse vers l’abîme. À force de tomber , on va finir par trouver du pétrole! Ça nous sauvera peut-être.

MF

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

%d bloggers like this: