Lun. Juin 14th, 2021

La spirale vertigineuse de la course à l’armement entre Alger et Rabat

Sur fond de conflit entre l’Algérie et le Maroc autour de la question du Sahara occidental, la course à l’armement entre les deux géants du Maghreb s’intensifie. Pourtant, les dépenses militaires représentent un gouffre financier énorme pour Alger, à cause de la baisse du cours du pétrole. Ainsi que pour Rabat d’ailleurs, dont le tourisme, première source de devises, est frappé de plein fouet par la crise sanitaire.

En dépit de la pandémie qui sévit dans les deux pays avec son coût exorbitant aussi bien sur le plan humain qu’économique; les deux frères ennemis du Maghreb poursuivent leur course effrénée à l’armement.

Ainsi, selon le dernier classement annuel du prestigieux Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), Alger et Rabat sont en tête des pays importateurs de matériel militaire en Afrique.

Les deux géants du Maghreb, hors Egypte laquelle est comptabilisée dans la région Moyen-Orient, achètent à l’étranger 70% des armes africaines. Les importations algériennes en armement ont même augmenté de 64% depuis 2015. Ce qui en fait le 6ème importateur d’armes du monde.

L’Algérie, une surpuissance africaine

A noter que l’Algérie, deuxième armée du continent africain derrière l’Egypte, importe ses armes de son partenaire traditionnel russe. Et dans une moindre mesure, auprès de l’Allemagne et de la Chine.

Dotée d’un  budget annuel de plus de dix milliards de dollars pour les dépenses militaires, l’Algérie dispose aujourd’hui de deux divisions blindées de plus de 10 000 hommes chacune, de deux divisions d’infanterie mécanisées et d’une motorisée.

L’armée algérienne est également dotée de plus de 1300 chars modernes. Mais aussi de plus de 2000 blindés de transport de troupes. Ainsi que d’un système moderne de défense anti-aérien.

Toujours selon le SIPRI, la marine compte des frégates de type Meko et des sous-marins russes de classe kilo. L’armée de l’air est équipée d’une flotte de 58 chasseurs Soukhoï 30MKA, d’une quinzaine de Mig-29S et d’une quarantaine de bombardiers Su-24.

En outre, selon le magazine américain Military Watch, l’armée algérienne a également signé un contrat avec Moscou pour l’achat de 14 chasseurs de combat Sukhoï 57 de cinquième génération.

Grosses dépenses en armement

Pour sa part, et toujours selon le dernier rapport relatif aux dépenses militaires dans le monde pour l’année 2020, publié le SIPRI, le Maroc figure parmi les pays qui dépensent le plus en armes sur le continent africain. Il est même classé 40ème dans le monde dans la liste des pays qui dépensent le plus en armes. Le royaume est ainsi le deuxième en Afrique. Sachant qu’au cours de la dernière année, il s’est classé 45ème mondial.

En outre, les dépenses militaires du Maroc ont ainsi atteint 4,8 milliards de dollars l’année écoulée. Soit une augmentation de 29% par rapport à 2019 et une hausse de 54%, comparée à 2011. Cette évolution vertigineuse des dépenses s’explique selon l’Institut international de Stockholm par « le conflit en cours entre le gouvernement marocain et le Front Polisario au Sahara occidental; ainsi que les tensions avec l’Algérie voisine ».

Toujours en termes de dépenses militaires et à titre comparatif avec son voisin marocain, l’Algérie se classe 24ème au monde et première en Afrique pour l’année 2020, ce qui était déjà le cas en 2019.

Ainsi, selon l’analyse du SIPRI, les dépenses de l’Algérie ont atteint 9,7 milliards de dollars en 2020; soit une baisse de 3,4% par rapport à 2019. Toutefois, l’Algérie demeure « de loin le plus gros dépensier en Afrique du Nord et dans l’ensemble du continent ».

L’armée tunisienne au 81ème rang

Rappelons enfin que selon la dernière édition de 2020 du Global Firepower Index, relatif à la puissance militaire de 138 pays, le site américain spécialisé dans les questions de défense, a classé l’armée algérienne à la 28ème place mondiale et en deuxième position en Afrique derrière l’Egypte. Cette dernière occupe, quant à elle, le 10ème rang mondial.

Au niveau maghrébin, l’Algérie, a préservé sa première place. Elle est suivie par le Maroc (56ème), la Libye (80ème). La Tunisie pointe au modeste 81ème rang. Enfin, la Mauritanie figure en queue du peloton, à la 124ème place.

  • leconomistemaghrebin

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *