Dim. Mai 9th, 2021

MOEZ LAÂBIDI: LA TUNISIE N’EST PAS LIBRE ÉCONOMIQUEMENT ET LA CORRUPTION GAGNE DU TERRAIN

Le professeur d’université en économie, Moez Laâbidi a indiqué, lors de sa participation à Expresso, jeudi 18 mars 2021, à propos du classement de la Tunisie à la 119ème position sur l’échelle de la liberté économique, que ce classement est établi par un think tank américain “The Heritage Foundation” et traduit le regard d’un étranger sur l’économie d’un pays. Il a ajouté que la Tunisie se classe en 10ème position à l’échelle de la région MENA. “Avec un score de 56,6, la Tunisie est classée comme étant un pays qui ne détient pas de liberté économique. Elle se positionne dans la zone orange qui vient juste après celle rouge, la plus défavorisée” a expliqué Moez Laâbidi.

Dans le même propos, le professeur d’économie a indiqué que la moyenne mondiale est de l’ordre de 61,6, quant à la moyenne de la zone MENA, elle est de 62,6, ce qui positionne la Tunisie en dessous des deux moyennes. Et d’ajouter que le classement de la Tunisie allant de la période de 2017 jusqu’à 2021, n’a pas beaucoup changé et est resté dans les niveaux de 50.

“En 2020, le score de la Tunisie a été de 55,8, réalisant une sensible amélioration de 0,8 par rapport à 2021. Toutefois, il existe une réelle problématique à savoir: l’indicateur qui a été pris en compte est celui de la santé des finances publiques. Ainsi, la référence a été faite à l’année 2019, avec un déficit budgétaire d’environ 4%, or, ce taux en 2020 a été de près de 11%, ce qui crée un décalage par rapport à la réalité” a expliqué Moez Laâbidi.

Il a ajouté dans le même sillage, que ce constat signifie que lors du prochain classement, la Tunisie se positionnera à un niveau de score encore moindre. Par ailleurs, l’invité d’Expresso a expliqué que le principal indicateur ayant été pris en compte pour le classement de la Tunisie est celui de l’Etat de droit. Ce dernier se compose de trois catégories à savoir: Le droit à la propriété, l’efficacité judiciaire ainsi que l’intégrité du gouvernement. “Ce sont ces deux dernières catégories qui fâchent le plus au niveau du classement de la Tunisie, car elle se situe en zone rouge avec des scores respectifs de 41,9 et 42″, précise-t-il.

Selon les dires de Moez Laâbidi, ces scores sont en dessous de la moyenne, sachant qu’en plus, ledit rapport indique que le droit à la propriété en Tunisie est très vulnérable à la corruption. Quant à la justice, il est signalé qu’elle est indépendante mais que les réformes structurelles y afférentes sont au point mort. “De même, le think tank explique dans son rapport que de manière générale, la corruption gagne du terrain dans tout le pays” a précisé Moez Laâbidi.

Nadya Bchir

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *