Mar. Avr 20th, 2021

Un accord de prêt syndiqué de 465 millions de dollars avec 14 banques

Le ministère de l’Economie, des Finances et de l’Appui à l’Investissement et 14 banques locales ont signé un accord de prêt syndiqué de 450 millions de dollars, jeudi après-midi.

Ce prêt syndiqué  (150 millions de dollars + 260 millions d’euros) s’inscrit dans le cadre de l’octroi de ressources au budget de l’Etat, adopté en vertu de la loi de finances de 2021. Indique  le département ministériel dans un document rendu public. La durée de remboursement du prêt s’étale sur 5 ans. Il s’agit d’un remboursement annuel ou sur deux fractions égales, l’échéance de la 1ère fraction débutant après une période de grâce de 3 ans.

Pour la somme en euros, soit 260 millions d’euros, le taux d’intérêt est fixé à 2% annuellement si le remboursement est annuel. En effet, ce taux d’intérêt est de 2,75% annuellement si le principal est remboursé en deux fractions.

S’agissant du montant en dollars, soit 150 millions de dollars, le taux d’intérêt est de 2,75% annuellement, en cas de remboursement annuel. Et de 3,5% annuellement en cas de remboursement du principal sur deux fractions. Ce prêt constitue l’un des mécanismes de financement les plus favorables en termes de conditions et de coût. Affirme le ministre des Finances Ali Kooli. Et ce lors de la cérémonie de signature.

Les prévisions du gouvernement tablent sur un déficit budgétaire pour l’exercice 2021 de 7,094 milliards de dinars. Soit environ 7% du PIB. Les dépenses de l’Etat seront de l’ordre de 40,203 milliards de dinars, contre des recettes de 33,109 milliards de dinars.
Le gouvernement envisage de mobiliser 5,580 milliards de dinars sur le marché intérieur. Et ce  sur un montant total des besoins en crédits de 18 milliards de dinars. En effet, l’objectif étant de financer le budget de l’Etat pour 2021.

En effet, le gouvernement s’est endetté, auparavant, auprès des banques tunisiennes pour financer le budget. Alors que l’article 25 de la loi n°2016-35 du 25 avril 2016, portant fixation du statut de la Banque centrale de Tunisie (BCT), n’autorise pas l’Institut d’émission à financer le budget. Le recours du gouvernement au marché financier interne a suscité les critiques de nombreux experts économiques. Ils  ont estimé que les prêts devraient financer les projets d’investissement et les secteurs productifs.

Avec TAP

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *