ven. Sep 18th, 2020

Taoufik Baccar : « Une privatisation bien menée est une « LIGNE VERTE » »

Dans un statut sur Facebook, monsieur Taoufik Baccar revient sur une opération de privatisation au sud du pays.

« J’assume : UNE PRIVATISATION BIEN MENÉE EST UNE « LIGNE VERTE ».

En route vers le sud j’ai pris cette photo symbole : A la fin du tronçon autoroutier Tunis – Gabès se dresse encore la cimenterie de Gabès qui a été privatisée donnant lieu à la transaction à la tonne la plus élevée réalisée dans le bassin méditerranéen .
La cimenterie est toujours là ,plus efficiente et davantage citoyenne avec les emplois qu’elle procure et l’appui qu’elle apporte à l’action culturelle et sportive de la région et à la société civile outre sa contribution à la promotion de la production et des revenus dans la région .
Par ailleurs et à l’instar des premières opérations de privatisation des cimenteries ( cimenteries d’Enfida et de djbel el ouest ) les ressources financières qu’a pu drainer l’opération de privatisation de la cimenterie de Gabès ont servi à contribuer au financement du réseau autoroutier du pays .

J’ai eu l’honneur et le privilège de mener les deux premières opérations de privatisation du secteur cimentier .C’étaient les premières grandes opérations de privatisation de ce pays et j’avais réussi à convaincre les hautes autorités de l’Etat d’éviter d’utiliser les ressources provenant de la cession des deux cimenteries d’Enfida s et Djebel el ouest soit près de 400MD ,dans des recrutements ou d’autres dépenses de fonctionnement me référant à un principe fondamental de la gestion des finances publiques qui dit en substance « qu’à ressources exceptionnelles dépenses exceptionnelles » et à cet égard il n’y a pas mieux que l’infrastructure d’autant que le pays a pris un retard dans le domaine autoroutier .Ce processus mènera à la création du fonds autoroutier qui contribuera notamment à la réalisation des autoroutes de oued Zarga/béja ,et l’extension de celle du sud .Malheureusement ce fond vient d’être supprimé au nom
d’une certaine logique destructrice ,celle de ne voir dans les anciennes réalisations que des débris et du fassad ,une logique qui a contribué à détruire l’économie de ce pays.

L’opération de privatisation a eu trois conséquences majeures:

-D’abord renforcer l’efficacité des cimenteries privatisées et il suffit pour s’en convaincre de voir la situation difficile dans laquelle se débat aujourd’hui ‘hui la cimenterie de Bizerte autrefois la plus solide du secteur et je considère que les gens qui se sont opposés à sa privatisation ont sérieusement hypothéqué son avenir .

-Ensuite ,cette opération a pu donner un nouvel élan au programme autoroutier ,les ressources dégagées ayant servi de levier de financement à ce programme et ont pu aider à mieux intégrer les régions du pays et notamment le nord -ouest ,le centre -est et le sud-est sans alourdir au delà des seuils admis l’endettement public du pays .

Enfin et surtout ce processus a fait prévaloir et ancrer un principe fondamental de saine gestion des finances publiques ,un principe qui a été malheureusement sacrifié en 2012 et 2013 contribuant à mener les finances publiques à l’impasse budgétaire actuelle .

Pour ces trois raisons ,je considère qu’un programme de privatisation bien mené doit constituer une « ligne verte » notamment pour un pays démuni de ressources et qui n’arrive plus à accéder convenablement au marché financier international . »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *