Dim. Mai 9th, 2021

Les Tunisiens n’ont plus rien à épargner !!!

Le taux de l’épargne est un indicateur important, qui mesure le niveau de croissance d’une économie. En effet, il donne une idée sur les capacités du financement de l’investissement, ainsi que les revenus des ménages. Plus les ménages épargnent, plus il y a des possibilités de financement de l’investissement. En Tunisie, la situation devient de plus en plus dramatique à ce niveau. En effet, le taux de l’épargne a chuté durant les 3 dernières années passant de 22% en 2010 à 15% en 2013. Une baisse importante qui en dit beaucoup sur la situation économique du pays.

Malgré les augmentations salariales durant les années 2011 et 2012, et aussi 2013, le pouvoir d’achat des Tunisiens n’a pas cessé de se détériorer, pénalisé par une hausse plus importante des prix. En effet, contre une hausse d’une moyenne de 3% des salaires, les prix ont augmenté de plus de 6%, selon les chiffres officiels. Le pouvoir d’achat des Tunisiens a perdu en moyenne annuelle 4% durant les deux dernières années. Même la croissance positive enregistrée durant les 2 dernières années, était boostée par la consommation et non pas par la production ou l’investissement. Cette situation a nettement impacté la capacité des Tunisiens à épargner. Le revenu est automatiquement orienté vers la consommation.

Selon les derniers chiffres de la BCT, l’épargne totale auprès des banques a totalisé 11364MD au mois d’Août 2013, contre 10143MD au mois d’Août 2012. Quant aux comptes courants postaux, ils ont totalisé 3565Md au mois d’Août 2013. Donc, l’épargne des Tunisiens atteint 13700MD. De l’autre côté, l’encours des crédits alloués aux consommateurs tunisiens atteint 15655MD au mois d’Août 2013.

Qu’a fait la Banque Centrale ?

La BCT qui détient les instruments financiers nécessaires pour gérer la sphère monétaire a entrepris des démarches pour stimuler l’épargne. Il faut rappeler que depuis le soulèvement du 14 Janvier, la BCT a opté en premier lieu à baisser le taux d’intérêt afin de faciliter l’accès au financement pour les entreprises et les inciter à investir. Cette mesure n’a pas eu beaucoup d’effet sur le milieu des affaires, qui est resté coincé vu la situation économique, sécuritaire et politique du pays. Les investissements ont nettement baissé contre toute attente.

Afin de pallier l’inefficacité de cette mesure, la BCT, a annoncé depuis le mois de Décembre dernier le relèvement du taux minimum de rémunération de l’épargne (TRE) de 2,75% à 3,25%. Cette mesure qui est appliquée à partir du 1er janvier 2014, devrait stimuler davantage l’épargne des ménages et, partant, impulser l’épargne nationale, en forte baisse, depuis la révolution.

Le TRE reste encore très bas et pas attractif pour les consommateurs, qui perdent de l’argent en épargnant, puisque l’inflation atteint des niveaux importants.

Les banques tunisiennes souffrent actuellement d’un manque important de liquidité, ce qui pousse la Banque Centrale à intervenir par l’injection de liquidité qui atteint parfois les 5000 MD. Ce manque est causé , entre autres, par la baisse de l’épargne et des dépôts des clients.

Certaines catégories aisées des Tunisiens peuvent épargner si l’affaire est rentable. Pour cela, il est important de penser à élever les TRE, de revoir la fiscalité des revenus de l’épargne qui sont, dans certains cas, imposables.

Les banques, de leurs côté, peuvent penser à être plus agressives et innovatrices en matière d’offre de services d’épargne auprès des ménages.

A.B.H

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *