Sam. Fév 27th, 2021

Bilan de 16 mois du Conseil municipal de la capitale : Peu de réalisations, des ambitions et beaucoup de problèmes

Le conseil municipal de Tunis a présenté, récemment, devant la presse les résultats de ses
travaux au cours des 16 premiers mois de son mandat après les élections municipales de
2018, notant la réalisation de « certains » projets et passant en revue les problèmes
empêchant l’avancement des travaux municipaux selon le plan stratégique établi par le
Conseil, les plus épineux étant les fonds limités, le manque d’équipements, la législation et
les problèmes de coordination avec les départements centraux.
Le maire de Tunis, Souad Abderrahim, a présenté un long rapport indiquant que la
municipalité effectuait des travaux réguliers de collecte des déchets, ainsi que des campagnes
d’hygiène « exceptionnelles » dans lesquelles l’équipement de la plupart des services
municipaux était mobilisé. Elle a cité, en particulier, les opérations de ramassage des déchets
de construction, de désherbage, de nettoyage des rues et des voies d’eau, ainsi que de
l’assainissement des voies navigables, évoquant, à ce propos, le « manque d’équipement et
d’ouvriers dont souffre la direction département de la propreté » de la municipalité.
La municipalité a commencé à élaborer un plan visant à améliorer la collecte des déchets et
l’exploitation des décharges, en particulier celui de la capitale, sis à Borj Chekir et attend la
mise en place d’une législation pour consolider le partenariat avec le secteur privé afin
d’améliorer substantiellement la qualité de la propreté de la capitale étant donné la baisse du
nombre d’agents qui est passé de 2700 à 1700. A cela s’ajoute l’absence de possibilité de
recrutements en nombre suffisant pour des raisons financières ne permet pas d’atteindre cet
objectif.
Le privé à la rescousse
L’année 2019 a été marquée par un renforcement de la coopération avec des sociétés privées
dans les domaines de l’hygiène, de la réhabilitation, de la mise en valeur des parcs. Cela
comprend la mise en service d’une société privée pour l’entretien des cimetières, la
mobilisation d’environ 250 travailleurs et la conclusion de contrat avec une autre société
privée pour l’éclairage du parc du Passage situé près de la Place de la République, au centre de
la capitale.
Dans le domaine du contrôle sanitaire des magasins ouverts au public, y compris les magasins
et les marchés municipaux, la municipalité a effectué en 2019 environ 10 370 opérations de
contrôle et adressé plus de 4 800 avertissements et environ 1080 amendes et 62 décisions de
fermeture et procédé à plus de 19 000 inspections de têtes de moutons dans l’abattoir
municipal et contrôlé 16 hôtels non classés avec 14 avertissements, selon le rapport.
Le conseil municipal n’a pas été en mesure de fournir des médecins dans la plupart des centres
médicaux municipaux, y compris ceux qui s’occupent de services de santé et de services
sociaux, en raison de son incapacité à recruter légalement des médecins directement et sans
passer par le ministère de la Santé, un cas de rupture qui montre la continuation du vieux
schéma central, selon la secrétaire générale de la municipalité, Hafidha Belkhir Mdimagh.
Dans le cadre de la gestion des installations sportives, la municipalité a procédé à
l’aménagement de plusieurs salles de sport, celles notamment du Tayarane, Ezzouhour et Hédi
Khéfacha, à Ouardia, Gorjani, Belvédère, Ibn Khouldoun et Hafsia.
La maire de la capitale a affirmé que le conseil municipal veut faire de Tunis une « ville de
jardins, une ville verte » en créant de nouveaux jardins, en réhabilitant des jardins anciens
entièrement ou partiellement, en plantant de nouvelles superficies. « 65 000 arbres ont déjà été
plantés et un soutien a été fourni aux initiatives de jeunes et de citoyens pour mener des
actions de nettoyage spontané », a-t-elle indiqué.

Plan vert
Une journée d’étude et d’information sera organisée jeudi sur le thème « Municipalité de
Tunis, Cité-jardin », au cours de laquelle le « Plan vert » de la Municipalité de Tunis sera
présenté et les mécanismes de réhabilitation et de développement des espaces verts seront
discutés.
Le coût total des nouveaux projets du programme d’investissement annuel de la municipalité
pour 2019 est de 39 millions et 361 mille dinars.
Par ailleurs, Hafidha Belkhir Mdimegh a annoncé qu’en 2019, la municipalité de Tunisie a
réussi à gagner 45 places dans la liste mondiale des municipalités, se classant ainsi 32e pour
ce qui est de faciliter les permis de construire et les travaux, mais a toujours du mal à résister
à la construction illégale et à la mise en œuvre des décisions de démolition.
Dans le cadre des travaux de rénovation de la ville, le conseil municipal a décidé pendant la
période écoulée de cesser d’accorder des licences aux kiosques commerciaux et d’évaluer leur
statut avant de prendre des décisions de démolition en cas de violation des règles de santé et
de protection de l’environnement, selon le premier assistant du maire Mounir Srarfi.
Souad Abderrahim a appelé à élargir la flotte de police municipale et environnementale et à
faire de la municipalité son principal point de référence, estimant que « l’absence d’un organe
exécutif aux mains de la municipalité est un dilemme ».
Le maire adjoint Lasaad Kheder a indiqué de son côté que le conseil municipal était confronté
à des problèmes juridiques liés au code des collectivités locales aux « grandes lacunes » et à
l’émission de seulement 15 des 400 ordres d’application émis par le gouvernement, ce qui
« perturbe la mise en œuvre des programmes municipaux et menace ceux qui veulent accélérer
la mise en œuvre d’être poursuivi par le pôle judiciaire financier ».
Le conseil municipal de Tunis a pris ses fonctions le 03 juillet 2019, rappelle-t-on.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *