Les déchets plastiques accélèrent le réchauffement climatique

b7aad09376ffba78ad2d55495953205d1b4ecb44Des chercheurs de l’Université d’Hawaï ont démontré dans une nouvelle étude que lorsque des déchets plastiques sont jetés dans la nature, des gaz à effet de serre tels que le méthane et l’éthylène sont libérés. Et ces gaz accélèrent le réchauffement climatique.

Peut-être que tu y réfléchiras à deux fois avant de balancer un déchet en plastique dans une poubelle non recyclable ou pire, dans la nature. Car en plus de polluer (on ne t’apprend rien on espère), ces déchets plastiques contribuent au réchauffement climatique quand ils se désintègrent, en raison des gaz qu’ils libèrent. C’est ce qui ressort d’une étude de chercheurs de l’université d’Hawaï.

12 milliards de tonnes

Les chercheurs ont expérimenté avec différents types de plastiques tels que le polycarbonate, l’acrylique, le polyéthylène haute densité, le téréphtalate de polyéthylène (PETP), le polypropylène, le polystyrène et le polyéthylène basse densité (LDPE). Ces types de plastique sont principalement utilisés comme matériau d’emballage, comme composant de vêtements et de matériaux de construction, mais aussi dans des produits en plastique jetables. Et on les retrouve donc dans les principaux objets que certains balancent dans la nature. Le polyéthylène – qui se trouve dans les sacs en plastique, entre autres – est la la matière qui libère le plus de méthane et d’éthylène.

Les gaz à effet de serre sont notamment libérés quand les plastiques sont exposés à la lumière du soleil. Les scientifiques n’ont par contre pas pu mesurer la quantité exacte de gaz libérée. Mais la  découverte apporte encore une fois la preuve qu’il faut arrêter la production de plastiques à la source, en particulier les produits à usage unique.

Surtout que d’ici 2050, ce sont près de 12 milliards de tonnes de plastiques qui devraient être générées par l’homme, dont une bonne partie se retrouverait dans des décharges ou à l’air libre et  l’impact sur le réchauffement climatique serait que plus grave…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *