Mar. Déc 7th, 2021

Un constat véridique et douloureux On prépare l’avenir avec des enfants malheureux !

Spread the love

Un constat véridique et douloureux

On prépare l’avenir avec des enfants malheureux !

L’EXPERT – Les futures générations bénéficient-elles de l’intérêt de la sollicitude qui leur sont dus ? Cela n’est pas certain et les affaires impliquant la maltraitance des enfants en particulier, constitue une source d’indignation pour la société tunisienne. Un constat d’autant plus véridique que les violations observées dernièrement dans les établissements destinés aux enfants, organisés ou anarchiques, ont soulevé un tollé général qui ne réussit pas pour autant à dissoudre une problématique encore plus grande, liée à l’absence d’un contrôle en amont des institutions de protection de l’enfance.

Derrière les murs bariolés de ce centre éducatif réservé aux enfants autistes, une fois le hall d’entrée franchi, le décor vire au terne. Il est parfois question d’enfants sévèrement battus, traînés à même le sol, dans des scènes insoutenables se produisant à une cadence quasi-quotidienne, et qui ont la chance d’avoir été filmés.

La fréquence des attaques contre des enfants dans des jardins d’enfants et des crèches, dans leurs deux versions, policée et anarchique, renvoie directement à une absence flagrante d’un quelconque contrôle au préalable de la part des institutions de protection de l’enfance. La dernière affaire en date liée à ce qui a été communément appelé « l’école coranique de Régueb, fut l’occasion d’un constat loin d’être reluisant, fait de violations accablantes.

Les responsables du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, conviennent que le ministère s’est acquitté de sa responsabilité, à travers la prise en charge et l’assimilation des enfants de l’école de Régueb, ils pointent un index accusateur vers l’absence de tout contrôle en amont de la part des institutions chargées de le faire, ce qui serait à même d’exacerber les craintes de la reproduction de ces agissements sous forme de drames encore plus poussés.

Quel accompagnement auprès de parents indignes

Commentant l’affaire, le délégué à la protection de l’enfance, Mehiar Hamadi, a déclaré que « le retour des enfants à leurs familles se fera dans l’intérêt supérieur de ces enfants », soulignant que les juges de la famille sont habilités à faire revenir les enfants aux centres de la protection de l’enfance s’il est établi qu’ils encourent un risque ».

Il a précisé que les juges de la famille dans les régions, étaient chargés de suivre le processus d’intégration des enfants de l’espace anarchique de Régueb, affirmant que ces enfants bénéficient d’accompagnement ad hoc, et ce, en collaboration avec les services compétents des Ministères de la femme, de la famille, de l’enfance et de l’intérieur, afin de leurs assurer une réintégration dans les centres de formation professionnelle et les établissements éducatifs.

Hamadi, a indiqué à cet égard que l’existence même de ces espaces anarchiques accueillant des enfants, constitue une violation explicite. Le danger s’accroit lorsque l’application de la loi est balayée d’un revers de main, fait-il entendre, soulignant que seule l’application des décisions de fermeture à l’encontre de ces espaces serait à même de ralentir la fréquence des violations dont sont victimes les enfants.

Raoudha Labidi, présidente de l’Instance Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes a, de son côté, précisé que le traitement des cas de violations à l’encontre des enfants, appelle l’adoption d’approches préventives, observant un manque de collégialité entre les responsables de l’enfance en Tunisie ce qui constitue une entrave au développement des manières de faire dans le secteur.

Elle a appelé dans ce sens à l’élaboration d’une stratégie exhaustive qui définit les tâches de coordination, de contrôle et de suivi dans les dossiers liés à la maltraitance des enfants, ajoutant que « de nombreuses parties œuvrant dans le secteur de l’enfance, se lancent mutuellement la balle et se soustraient à leurs responsabilité « .

Violence contre des autistes

Il est à noter que la société tunisienne a été secouée au mois de février de l’année dernière par une affaire d’agression sur les enfants du centre d’autisme au gouvernorat de l’Ariana, suite à la circulation dans les réseaux sociaux d’une vidéo établissant des scènes de violence insoutenable.

Labidi a déclaré que l’instance réagit au moment même de la réception de notifications provenant des délégués à la protection de l’enfance ou bien des citoyens, signalant un cas de maltraitance à l’encontre d’un enfant, puis assure le travail d’investigation et d’évaluation.

Pour protéger les enfants contre les abus, il importe, selon elle, de mettre en place une politique d’anticipation.

D’après le délégué général à la protection de l’enfance, MehiarHammadi, ces agressions sont souvent commises par des animateurs exerçant dans les établissements éducatifs et les concierges des jardins d’enfants.

Dans notre culture, a-t-il dit, les liens affectifs qu’entretiennent les adultes avec les enfants sont généralement basés sur le contact physique (caresse, câlin…), expliquant que la banalisation de ces échanges a permis aux enfants d’être une proie facile aux pédophiles.

Le responsable a appelé à la nécessité de sensibiliser les familles aux risques liés aux abus sexuels chez les enfants et à rompre avec la banalisation des contacts physiques entre adultes et enfants.

Augmentation du nombre des abus

A cet égard, il a annoncé que le rapport annuel des délégués régionaux à l’éducation au titre de 2018/2019 sera publié en mars, faisant savoir qu’une augmentation du nombre des signalements relatifs aux abus à l’égard des enfants a été enregistrée.

La directrice générale de l’Observatoire de l’Information, de Formation, de Documentation et d’Etudes pour la Protection des Droits de l’Enfant, Hager Cherif a mis l’accent sur la nécessité d’évaluer les mécanismes de prise en charge des enfants victimes de violence.

Le projet de loi relatif aux crèches et jardins d’enfants fait actuellement l’objet de discussion à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Ce texte compte 29 articles stipulant notamment que l’Etat et les collectivités locales ainsi que les établissements publics et privés peuvent créer des crèches et des jardins d’enfants selon un cahier des charges approuvé par l’autorité de tutelle.

Les jardins et crèches d’enfants doivent mettre en œuvre l’approche pédagogique du Ministère de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées, et ces institutions encadrant les jeunes devront recruter des cadres éducatifs répondant aux conditions de spécialisation et de formation dans le domaine de l’enfance.

Ce projet oblige quiconque à informer le commissaire de l’enfance ou le ministère de l’existence de tout espace anarchique pour l’encadrement des enfants et inflige une amende de 5 à 10 mille dinars à toute personne qui gère ou exerce une activité de jardin d’enfants ou d’une crèche anarchique et se voit refuser toute activité dans ce domaine pendant dix ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d bloggers like this: