Mer. Jan 20th, 2021

La Chambre africaine de l’énergie propose un guide de réformes pour le secteur pétrolier et gazier de la Guinée équatoriale

Pour soutenir la reprise et stimuler les investissements, les Perspectives 2021 de la Chambre africaine de l’énergie proposent plusieurs solutions pragmatiques
MALABO, Guinée Equatoriale, 26 novembre 2020/ — La Chambre africaine de l’énergie (www.EnergyChamber.org) a organisé hier un petit-déjeuner à Malabo pour marquer le lancement de son Africa Energy Outlook 2021. L’événement a rassemblé tous les partenaires de la Chambre et les acteurs de l’industrie en Guinée équatoriale alors que le marché s’engage sur la voie de la reprise en 2021.

Malgré sa remarquable résilience, le secteur pétrolier de la Guinée équatoriale est confronté à la même situation désastreuse que le reste des marchés mondiaux de l’énergie : chute des prix du pétrole, demande incertaine et tarissement des capitaux en raison de la transition énergétique. Dans un tel contexte, le pays s’est engagé très tôt dans un ambitieux programme de sensibilisation des investissements avec l’Année de l’énergie 2020 et l’Année de l’investissement 2021. Les principales priorités comprennent la promotion du contenu local, l’expansion des infrastructures gazières intermédiaires et en aval, l’ouverture du Rio Muni à activités pétrolières et gazières onshore, et la mise à profit de l’énorme potentiel minier du pays pour diversifier davantage l’économie.

Dans ses dernières Perspectives 2021 cependant, la Chambre africaine de l’énergie a appelé les gouvernements africains et les acteurs de l’industrie à se rassembler et à en faire plus pour soutenir la compétitivité et l’attractivité du secteur. L’une des principales préoccupations de l’industrie pétrolière et gazière de la Guinée équatoriale demeure le manque de compétitivité de ses conditions fiscales et l’absence d’un environnement propice attrayant qui soutient la croissance du secteur privé local et la création d’emplois. « L’heure des réformes fiscales en Guinée équatoriale et dans la région de la CEMAC est arrivée. Si nous n’agissons pas maintenant, nos entreprises risquent de faire faillite, nos paramètres économiques se détérioreront et nos emplois seront menacés », a déclaré Leoncio Amada NZE, PDG d’APEX Industries et président de la région CEMAC à la Chambre africaine de l’énergie.

Pour soutenir la reprise et stimuler les investissements, les Perspectives 2021 de la Chambre africaine de l’énergie proposent plusieurs solutions pragmatiques. La Chambre a lancé un appel à l’action aux décideurs politiques et aux parties prenantes concernant l’adoption de réformes fiscales audacieuses et la modernisation des cadres réglementaires afin de restaurer la confiance des investisseurs. De même, la Chambre s’engage de plus en plus avec les institutions financières et les banques pour rendre les capitaux plus facilement accessibles aux entrepreneurs locaux.

Enfin, les perspectives 2021 appellent également à une adoption beaucoup plus large du gaz naturel dans l’ensemble de l’économie et à un dialogue plus fort avec l’industrie pour stimuler le renforcement des capacités. « Il serait utile que les gouvernements de toute la région s’associent aux compagnies pétrolières internationales et à l’industrie pétrolière dans son ensemble lors de la rédaction de politiques qui vont affecter l’industrie. Les voix des investisseurs locaux et internationaux doivent être entendues afin d’adopter des politiques axées sur le marché », a déclaré Simon Smith, vice-président et directeur de Marathon Oil Corporation en Guinée équatoriale.

La Guinée équatoriale est idéalement placée pour mener une telle reprise, en raison de sa volonté politique, de son leadership et de son industrie gazière bien établie. « Il y a une pression énorme de la part des ONG et des lobbyistes de l’énergie verte, mais il y a encore un avenir pour l’industrie pétrolière et gazière en Afrique. Nous avons le droit d’exploiter nos ressources naturelles pour construire nos économies, et notre potentiel gazier offre une telle opportunité », a ajouté Oscar García Bernico, directeur général des entités publiques au ministère des Mines et des Hydrocarbures. La Chambre a en effet souligné à quel point le potentiel gazier de l’Afrique, bien plus important que le pétrole, est un atout majeur pour le continent qui cherche à embrasser la transition énergétique et à retenir les capitaux étrangers.

La réunion de haut niveau a souligné qu’une fois de plus, l’avenir est entre les mains de l’industrie, mais que la capacité des décideurs et des acteurs de l’industrie à travailler ensemble sur un ensemble plus ambitieux de réformes sera un facteur décisif de la reprise à venir. Ce faisant, le pays pourra à nouveau compter sur le leadership de S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures. Tant au pays qu’à l’étranger dans des institutions clés telles que l’OPEP, le GECF ou l’APPO, il a toujours joué un rôle central dans la défense des intérêts de l’industrie locale et du reste de l’Afrique en général. Dans ce contexte, la Guinée équatoriale a de fortes cartes à jouer et est heureusement déjà engagée dans des projets phares qui peuvent la différencier des années à venir, du développement d’un mégahub gazier offshore dans le golfe de Guinée à l’expansion de son infrastructure de raffinage et de monétisation du gaz à Punta Europa.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Voir le contenu multimédia

SOURCE
African Energy Chamber

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *