Mar. Déc 7th, 2021

Projet de Loi de finances 2020 : L’UTAP dénonce l’exclusion du secteur de l’agriculture et de la pêche

Spread the love

Le bureau exécutif élargi de l’UTAP a exprimé, lors de sa réunion périodique, jeudi, « son
mécontentement en raison de l’exclusion du secteur de l’agriculture et de la pêche du projet
de la Loi de Finances 2020″.
Il a réitéré que « l’appui au secteur, constitue un investissement rentable, à même de favoriser
la transition économique et la justice sociale ».
L’UTAP a, par ailleurs, appelé à parachever les accords de partenariat entre le gouvernement
et l’organisation agricole dans les secteurs des céréales, des volailles et de la pêche et à
appliquer les accords conclus dans le cadre de la haute commission mixte (5+5).
L’organisation agricole a, en outre, fait part de sa grande inquiétude quant à l’absence des
engrais, surtout avec le démarrage de la nouvelle saison agricole, en faisant porter la
responsabilité au gouvernement.
Elle a, à ce titre, souligné la nécessité de soutenir les semences céréalières sélectionnées,
certifiées et multipliées et de garantir leur disponibilité en temps et en quantités suffisantes
dans toutes les régions de production.
L’UTAP a également, appelé à ne pas prendre en considération le phénomène de mitadinage
des grains sur l’échelle de calibrage des céréales, en la considérant comme une catastrophe
naturelle majeure.
L’Union a exprimé, aussi, son refus de la politique de « clientélisme », adoptée par la Banque
Nationale Agricole envers les agriculteurs, en leur imposant de recourir à une seule société
d’assurance, ce qui transgresse la règle de la concurrence.
Elle a appelé, en outre, à ne pas engager de poursuites judiciaires à l’égard des héritiers des
agriculteurs endettés, étant donné que les prêts sont assurés, en cas de décès.
L’UTAP a souligné, par ailleurs, l’impératif de l’intervention de l’Office National de l’Huile
(ONH) afin de réguler le marché et d’acheter la production à un prix de référence, non
inférieur au coût de revient, tout en garantissant une marge bénéficiaire préservant les intérêts
des agriculteurs.
L’organisation agricole a appelé, aussi, à conjuguer les efforts de toutes les parties prenantes,
notamment le groupement interprofessionnel des dattes, pour assurer la réussite de la saison
des dattes et adopter un prix de référence récompensant les efforts de producteurs.
Elle a, en outre, mis en garde contre les difficultés qu’affronte le secteur de la pêche et la
détérioration de sa productivité, en raison du phénomène de la pêche anarchique, de la
pollution, de la vétusté de l’infrastructure, de la dégradation des services portuaires et du coût
élevé, notamment des hydrocarbures. Elle a souligné, ainsi, l’impératif d’activer
l’augmentation prévue dans le taux de la compensation.
L’UTAP a exprimé, en outre, son préoccupation quant au manque de sérieux des autorités
dans la mise en place d’un système de couverture sociale dédié aux pêcheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d bloggers like this: